Posted in Pénis

Le jour où j’ai compris que les meufs me larguaient à cause de la taille de mon pénis

Le jour où j’ai compris que les meufs me larguaient à cause de la taille de mon pénis Posted on 8 juillet 20182 Comments
Le jour où j’ai compris que les meufs me larguaient à cause de la taille de mon pénis
4.5 (89.33%) 15 votes

Je m’appelle Julien, j’ai 28 ans et je suis coach sportif à Biarritz. Je pratique la voile et le surf mais j’aime tous les sports. Aujourd’hui, je suis marié et prévois d’avoir un enfant. J’ai récemment écrit un long article sur ce blog, dans lequel je détaille toute ma transformation. J’ai longtemps été complexé par la taille de mon pénis et j’ai utilisé un extenseur à pénis pour l’agrandir. C’est de cette transformation dont il est question dans mon article de témoignage Male Edge.  J’y ai ajouté plein de photos pour constater le changement et j’y note toutes mes constatations comme un journal de bord.

Si vous voulez en savoir plus sur moi, j’ai aussi répondu à une interview sur ma démarche d’avoir un gros pénis. Je remercie encore une fois ce blog de m’avoir permis de m’exprimer à plusieurs reprises (et encore une fois de plus dans cet article).

Quand les complexes autour de mon pénis ont commencé…

Depuis l’adolescence et la puberté j’avais remarqué que je n’avais pas un très gros pénis. J’ai pu voir que certains amis avaient déjà des pénis plus gros et plus longs, quand on se changeait dans les vestiaires à l’école. En grandissant, j’ai bien sûr regardé du porno et lu des articles sur Internet. Et je me suis rendu compte que mon pénis était même légèrement au-dessus de la taille moyenne du pénis dans la monde. Mais comme il s’agit d’une moyenne, il y a évidemment tous les micro-pénis et tout petits pénis qui font que cette moyenne est basse. Et puis, peu importe les moyennes, au fond ce qui est important c’est ce qu’on ressent. Et moi, j’ai toujours ressenti que j’avais un petit pénis.

Comme je suis très sportif, j’ai aussi eu l’occasion, une fois adulte de jeter un coup d’œil aux pénis de mes potes et c’est vrai que j’étais parmi les plus petits. Je rappelle que j’avais un pénis de 8,9 centimètres au repos. J’étais loin d’être un shower… mais je n’étais pas un grower non plus, puisqu’il mesurait 14,8 cm en érection.

Bref, mis à part ça, je suis quelqu’un de sûr de lui. Je suis plutôt un meneur et mes potes me voient comme un mec sympa, ouvert, confiant et qui a plutôt du succès. (Maintenant je suis marié…) mais avant, je me tapais assez facilement des meufs.

Jusqu’au jour où j’ai vraiment pris conscience que mon pénis était un problème. Pour remettre vite fait dans le contexte, je vous explique où j’en étais dans ma vie. J’étais entré à la fac de droit à Bordeaux. On était à la fin de la première année, et je m’étais fait des nouveaux potes durant cette année. On avait vécu dans un campus pendant un an et on avait vraiment des liens forts, car on sortait ensemble le soir, on allait aux cours ensemble la journée et on faisait du sport ensemble pendant nos temps libres.

On a donc décidé aussi de partir ensemble à la Costa Brava, durant les vacances d’été, après nos examens de première année.

L’événement qui m’a fait vraiment complexer

J’avais donc 20 ans, c’était il y a 8 ans de cela. On était un bon groupe d’une dizaine d’amis de l’université et on flirtait beaucoup. Parmi ces amis, il y avait des filles et en quelques heures, des “couples” s’étaient formés. On a plus ou moins tous conclu dès les premiers jours. Mais moi, la fille avec qui j’avais couché a préféré qu’on arrête, dès le lendemain de notre nuit ensemble. Elle ne voulait pas me dire pourquoi. Elle disait m’apprécier mais qu’elle ne voulait rien de sérieux et que maintenant qu’on l’avait fait, il n’y avait pas de raison particulière de rester ensemble. J’étais plutôt d’accord avec elle, on n’était pas obligé de prolonger après les vacances, mais pourquoi arrêter tout de suite ? On aurait pu au moins continué à dormir ensemble et flirter le temps du voyage. Le lendemain de notre rupture, je me suis retrouvé bien bête.

Elle veut en rester là… mais ça me va

Ce jour-là, je l’ai passé un peu plus proche du groupe d’amis, qui eux n’avaient pas trouvé de filles non plus. Mais le soir, quand j’ai vu que la fille s’enroulait Louis, un de mes potes, j’étais un peu moi enjoué. En soi, elle avait le droit et je ne ressentais rien pour elle. Je me disais juste que mon ami avait de la chance car elle était plutôt bien faite. Ce soir-là, ils ont dormi ensemble et moi tout seul.

complexé comparaison pénis ami
Julien à droite (maillot bleu) et Louis au centre (maillot gris) lors de leurs vacances à la Costa Brava

Le lendemain, on s’était tous donnés rendez-vous sur la plage et comme on avait pris l’habitude de le faire les jours précédents, on commençait la journée par se taquiner et se lancer des vannes. On voyait des amis revenir de leur nuit, main dans la main. D’autres revenir chacun de leur côté. Ou bien d’autres qui assumaient totalement d’être juste des sex friends et ne montraient aucun signe d’affection l’un pour l’autre. Puis on se vannait en demandant des détails croustillants sur la nuit. C’était bon enfant. Ce jour-là, quand mon pote Louis est arrivé main dans la main avec la fille que je m’étais tapée la veille, j’ai eu comme une boule dans le ventre. Je n’étais pas vraiment jaloux, seulement j’ai compris qu’elle n’avait pas été honnête avec moi. Un jour elle me dit qu’une fois qu’elle a couché avec un mec, elle a fait ce qu’elle avait à faire et que c’était fini.. et le jour suivant, après avoir couché avec un autre, elle s’affiche avec lui toute radieuse et main dans la main… comme un couple. Ma réaction assez froide n’est pas passée inaperçue. Mon pote Jérôme m’a lancé pour me taquiner : “J’en connais un qui l’a mauvaise”. J’ai essayé de faire bonne figure et de la jouer détendu. Mais je dois dire que ça me restait à travers la gorge.

Évidemment, une fois que la brèche est ouverte, tout le monde s’y met. Ils ont insisté et ont posé plein de questions à Louis mais surtout à la fille. “Ça fait quoi de coucher avec un gars puis avec l’un de ses potes le lendemain ?”. Elle ne semblait pas vexée par la question car elle savait que c’était pour rire, et surtout, elle avait une sexualité décomplexée. Elle assumait profiter de son amourette de vacances. Mais je la sentais quand même gênée de répondre. Et j’ai compris que si elle était gênée, c’était pour ne pas m’embarrasser moi.

“Bon, et alors, c’est qui qui a la plus grosse ?”

Jusqu’à ce que quelqu’un pose la question fatidique : “Bon, et alors, c’est qui qui a la plus grosse ?” Moi, je ne savais plus où me mettre. Elle, elle se met à rire. Et là, mon pote Louis, pas peu fier de lui à dit : “Désolé Julien… mais je pense que la réponse est assez évidente”.

Tout le monde s’est mis à rire. La fille ne voulait pas trop m’enfoncer et lui dit : “C’est bon, arrête… tu n’en sais rien d’abord”. Je sais que lui est mon ami et ne voulait pas me faire de mal. Forcément, lui ça le flattait, puis tout le monde autour insistait en ce sens. Alors il a lâché : “Bien sûr que j’en sais quelque chose. Je te rappelle que Julien et moi on prend nos douches ensemble au sport. Je le vois nu tout le temps et, déso Ju, mais… on peut pas dire que ce soit hors-norme”.

Les autres ont ri et moi, j’ai bêtement répondu : “Merci Louis… Enfin bon, tu n’en sais rien. Quand je bande, c’est autre chose !”. J’aurais mieux fait de me taire. Louis continue : “Ah bon ? En tout cas, elle m’a dit hier qu’elle était contente de faire l’amour avec un vrai mec… que ça faisait longtemps. Quand je lui ai dit qu’elle avait pourtant couché avec toi hier, elle m’a répondu que ça ne comptait pas vraiment, car elle n’avait rien senti.” En prononçant cette phrase, il a compris qu’il avait été trop loin et m’avait blessé. La fille lui a fait du coude pour qu’il arrête et il a essayé de nuancer en disant : “Oh, c’est bon, je rigole.” 

Mes amis ont compris le malaise et on est passé à autre chose. Un autre couple a été forcé de raconter les détails de leur nuit. Moi j’étais mal pendant toute la journée. J’ai bien vu que Louis se sentait mal aussi par rapport à cette histoire. Mais ce qui m’a vraiment énervé c’était que je savais qu’il avait raison et surtout, je me suis dit que la fille avait vraiment dû passer un mauvais moment avec moi pour qu’elle aille le répéter dès le lendemain. Même si je savais que j’avais un pénis plutôt petit, j’ai toujours eu confiance en moi et j’ai toujours facilement chopé des filles. Je suis resté plusieurs mois avec certaines et jamais je n’ai cru qu’elles m’avaient quitté à cause de la taille de mon pénis. Pendant toute la journée, j’ai ruminé et pensé à mes ex et aux filles avec qui j’avais couché. Je me suis dit que plusieurs d’entre elles avaient dû penser la même chose. Donc, les filles sont vraiment intéressées par la queue des mecs ? J’ai compris que la taille du pénis compte pour les femmes. J’en ai eu la confirmation pendant les jours qui ont suivi.

La fille en question n’arrêtait pas de regarder la bosse dans le maillot de Louis. Elle lui faisait des regards aguicheurs et suggestifs pour qu’il comprenne qu’elle avait envie de son pénis. Lui, il disait des petits : “Arrête !”, très discrètement. Il faut dire que Louis était bien monté. Je le savais puisqu’on prenait nos douches ensemble. Mais c’était la première fois qu’on partait en vacances ensemble, et je ne m’imaginais pas qu’il allait porter un maillot moulant pour mettre son pénis en avant. Mais il savait qu’il avait un atout entre les jambes, alors il avait raison de le montrer. Forcément, il a réussi à choper une meuf grâce à son gros paquet qui avait attiré son attention.

Après les vacances, ma relation avec Louis a changé

Après ces vacances-là, chaque fois que je faisais du sport avec Louis j’étais un peu mal à l’aise. Je m’arrangeais pour prendre ma douche juste avant lui. Ou au contraire, j’allais aux toilettes le temps où il était sous la douche, comme ça je la prenais juste quand il venait de finir. Et si on se retrouvait quand même ensemble, je me tenais un peu éloigné et lui faisant dos tout le temps. L’idée de me dire qu’il pensait de moi que j’avais un petit pénis me mettait mal à l’aise. Quand j’ai arrêté la fac de droit après deux ans, on s’est perdus de vue. Lui a continué le droit, moi j’ai commencé des études pour devenir prof de sport.

Le complexe du petit pénis revenait de temps en temps. Mais en changeant de club et en rencontrant d’autres personnes, c’est comme si ça repartait à zéro. Les douches étaient aussi moins ouvertes, donc j’essayais d’être un peu plus discret. J’ai aussi eu des filles avec qui je sentais qu’elles avaient passé un bon moment. Donc j’ai un peu oublié ce moment de honte, avec des gens que je ne côtoyais plus, de toute façon.

Je m’étais fait une raison. Je m’étais dit qu’il y en avait de toutes les tailles, qu’en plus de ça, mon pénis était même légèrement plus grand que la taille moyenne du pénis en France. Donc, simplement je devais me faire à l’idée que je n’avais pas un pénis énorme mais que plein d’hommes étaient dans mon cas. En plus, j’ai rencontré ma femme. Elle ne semblait pas dérangée par la taille de mon sexe.

Mais tout de même, chaque fois que je regardais un film porno je voyais l’énorme bite de l’acteur et ça me frustrait. Jusqu’au jour où j’ai vu une publicité pour un extenseur de pénis et que je me suis renseigné. J’ai acheté un extenseur de la marque la plus connue et j’ai voulu essayer, sans trop y croire.

Vous pouvez vous procurer Male Edge ici !

La suite, vous la connaissez, je l’ai largement expliqué dans mon article d’avis sur Male Edge. J’y ai détaillé tout mon cheminement pendant six mois. J’y ai posté les photos avant-après, comment je suis passé d’un pénis de 8,9 cm au repos à un pénis de 14,5 cm. Et comment en érection, je suis passé de 14,8 à 18,9 centimètres.

Lire le témoignage Male Edge avec photos de Julien !

petit pénis vs gros pénis agrandir son pénis
Je suis content d’avoir un gros pénis maintenant

J’ai été tenté récemment de reprendre contact avec Louis. Maintenant que je me sens mieux dans mon corps, j’ai aussi un peu envie de me vanter. J’ai envie de changer l’image qu’il a de moi dans ses souvenirs. Je l’ai contacté sur Facebook. Il semblait heureux que je reprenne des nouvelles. On a vite échangé quelques messages. Il m’a dit qu’il était toujours célibataire, qu’il travaillait comme avocat dans un cabinet bordelais et qu’il faisait toujours du sport. Il m’a dit qu’il faisait maintenant du tennis. J’ai sauté sur l’occasion pour lui dire que j’aimerais qu’on tape la balle ensemble. On se voit vendredi prochain pour jouer une petite partie ensemble. Je dois avouer que le moment que j’attends le plus c’est de se retrouver ensemble dans les vestiaires et dans les douches. J’ai envie, comme si de rien était, qu’il aperçoive mon pénis de presque 15 cm au repos. Pour l’érection, il s’en passera…

Lire le journal de bord de transformation avec extenseur à pénis qu’a tenu Julien !

Extenseurs à pénis et impuissance : mythe ou vérit... Nous avons reçu un message de Guy, 56 ans, qui se pose des questions quant à l'utilisation des extenseurs de pénis et l'impuissance. Voici son message...
Comment garder le bronzage plus longtemps : soluti... L’été approche, vous faites tout votre possible pour perdre un peu de ventre et gonfler les biceps, parce que vous ne voulez pas ressembler à une crev...
Je voulais avoir un gros et long pénis… et j... Nous avons eu la chance de rencontrer Julien, un jeune homme intéressé par les méthodes d’agrandissement du pénis. En particulier, il a jeté son dévol...
Est-ce que la taille du pénis compte pour les femm... La taille du pénis compte-t-elle aux yeux des femmes ? Voici la réponse. Si vous demandez l’avis des femmes sur le sujet, elles vous répondront souven...
Pénis foncé : problème de pigmentation, comment éc... Il s’agit d’un complexe dont peu d’hommes osent parler. Souvent les hommes sont complexés par la taille de leur pénis, la forme de leur pénis ou des p...

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *